TOUTE L'ACTUALITE ET LE SPORT, PRENEZ LA PAROLE

Décembre 2018

LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Derniers sujets

» Actualités des Girondins
Mar 30 Déc - 0:53 par Raptor69

» Actualités des Gones
Mar 30 Déc - 0:52 par Raptor69

» Actualités des Phocéens
Dim 28 Déc - 17:42 par Raptor69

» L'actualité des Dogues
Sam 29 Nov - 13:32 par Dolu50

» Ma modeste galerie
Dim 9 Nov - 0:39 par Raptor69

» L'actualité du PSG
Ven 7 Nov - 22:16 par Dolu50

» L'actualité des Merlus
Ven 7 Nov - 19:14 par Raptor69

» L'actualité des sochaliens
Ven 7 Nov - 16:02 par Dolu50

» Le stade de la Rabine
Mer 22 Oct - 18:32 par Dolu50

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 19 le Mer 12 Nov - 3:37

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

    L'histoire

    Partagez
    avatar
    Dolu50
    Modérateur

    Masculin
    Nombre de messages : 2711
    Age : 40
    Localisation : Manche
    prénom : Ludo
    Date d'inscription : 12/01/2008

    L'histoire

    Message par Dolu50 le Lun 16 Juin - 23:02

    Yeso Amalfi
    Au début de ce siècle le football n'est qu'un petit sport parmi tant d'autres et les journaux locaux n'en parlent pratiquement pas. Pourtant le pionner du football azuréen existe déjà: c'est le Football Vélo Club de Nice qui comme son nom l'indique est un club omnisports, ce qui était pratique courante en temps là. Ses couleurs sont le rouge et le noir. L’ancêtre de l’OGC Nice actuel, le Gymnaste Club de Nice (GCN) lui, est né dans le quartier des Baumettes le 9 Juillet 1904 à La Pergola, avenue Carlone, avec pour but la gymnastique et les exercices athlétiques. Les maillots sont bleu et noir.

    Pendant quatre ans, le Gymnaste Club va ajouter différentes sections sportives (notamment bouliste) et peu à peu devenir un club respecté dans la région. Le 6 Juillet 1908 le Gymnaste Club se divise en deux, la sectionboules garde le nom, les autres sections deviennent le Gymnastes Amateurs Club de Nice (GACN) qui s'affilie à l'USFSA. (Union Sportive Française des Sports Athlétiques), l'organisme national le plus important, et une section football est enfin crée, qui jouera son premier match le 29 novembre en battant 6-0 le Stade Niçois. Pour sa première saison le GACN finira 5ème du championnat de 3ème série.

    Le 6 Octobre 1910, les deux entités du club se regroupent sous l’ancien nom de Gymnaste Club de Nice qui s'affillie à l'USFSA.


    Pendant ce temps, en novembre 1912 le Football Vélo Club de Nice devient le Football Club Libertas, puis change encore de nom le 8 mai 1913 pour devenir le Football Athlétic Club de Nice (FACN) tout en conservant ses couleurs rouge noir.

    En début de saison 1913/1914, une mini poule (Prix Espérance) est organisée entre 3 clubs de 2ème série. Les 2 premiers (US Antiboise, GCN) montent en 1ère série. Et voilà donc le Gym qui accède à la plus haute division régionale de l'époque.

    Malheureusement la guerre 14-18 éclate et le GCN va être en sommeil suite à la mobilisation de ses adhérents. Il reprendra ses activités en fin d'année 1917.

    Le 22 mai 1919 le FACN fusionne avec le Gallia Sports de Nice pour former le Gallia Football Athlétic Club. Ce nouveau GFAC n'a plus le lustre de son vieil ancêtre du Football Vélo Club et finalement le 20 Septembre 1919 le Gymnaste Club de Nice va l'absorber et adopter en son honneur couleurs rouge et noir.

    Le 22 décembre 1924 lors de son assemblée générale le vieux GCN dont le nom ne définissait plus tous les sports pratiqués devient l'Olympique Gymnaste Club de Nice. Le mot Olympique est à la mode, puisque les Jeux du même nom viennent de se dérouler en France.

    Notre club va s'illustrer sur le plan national pour la première fois en 1931 et 1932, parvenant à chaque fois en ½ finale de la Coupe de France. Le premier championnat professionnel est lancé cette même année 1932 et le Gym va s'y inscrire et y être admis en compagnie de ses voisins Antibois et Cannois.

    Cette première saison est constitué de 2 groupes de 10 équipes. L'OGC Nice finira 7ème et conservera sa place en division 1 (les 7 premiers de chaque groupe sont qualifiés).La deuxième saison sera moins glorieuse. Finissant 13ème nous aurions du être relégués en division 2 mais la Commission du Championnat va nous exclure. Elle avait en effet promis aux clubs du Nord de ne pas engager d'équipe au Sud de la Loire pour éviter de trop longs déplacements.

    Nous sommes contraint d'abandonner le professionnalisme et même si le statut pro nous est rendu assez rapidement, les championnats étant alors commencés, nous passerons notre année à jouer des matchs amicaux. Nous sommes admis en Division 2 en 1935/36 et nous y resterons jusqu'en 1938/39.

    La deuxième guerre mondiale va empêcher pendant 6 ans d'organiser des championnats nationaux. Nous serons champion de France, zone Sud Est en 1940, mais ne pourrons pas jouer les phases finales contre les autres champions de zone, ces dernières ne pouvant pas terminer leurs compétitions.

    Le 15 juin 1943 le professionnalisme est remplacée en France par des équipes « fédérales ». L’OGCN devient partie de l'équipe fédérale Nice-Côte d'Azur. Dissolution en 1944, l’OGCN pro renaît.

    Le 18 août 1943 la section amateur fusionne avec Les Sportmen de Nice et devient l’OGC Nice-Sportmen.

    A nouveau ½ finaliste de la Coupe en 1945, nous intégrerons la nouvelle division 2 reconstituée pour la saison 1945/46. Le 21 mars 1946 la section amateur se sépare des Sportmen et redevient OGC Nice.

    Champions au terme de la saison 1947/48, nous remontons en division 1 pour y entamer notre plus belle décennie : 4 titres de champion, 2 Coupes, 2 fois quart de finaliste en Coupe d'Europe.

    Les 50 glorieuses
    Deuxième titre de Champion
    de France en 1951/52
    Le premier titre (1950/51) sera acquis dans des conditions extraordinaires. Dernier après 6 journées, seulement 9ème à 13 journées de la fin, nous allons remonter petit à petit et ne nous emparer de la première place qu’à l'avant-dernière journée.

    Finissant à égalité avec Lille, nous sommes sacrés au goal-average (buts marqués divisés par buts encaissés: 1,587 pour Nice contre 1,325 pour les lillois). Trois autres équipes finissant à un point !



    Le mythique retourné de Pancho Gonzalez en finale 1954 contre l'OM
    La saison suivante, nous allons conserver notre titre (c'est une première dans le football pro en France) et de plus faire le doublé en battant Bordeaux 5-3 en finale de la Coupe de France que nous remporterons à nouveau 2 ans plus tard contre Marseille (2-1). Encore 2 années et nouveau titre de champion (1956) suivi de notre première apparition en Coupe d'Europe (battu en ¼ de finales par le Real Madrid).

    Trois années passent et dernier titre (1959) suivi d'un nouveau ¼ de finale européen et toujours contre le Real qui s'inclinera 3-2 à Nice mais qui remportera quelques mois plus tard sa cinquième Coupe des Clubs champions consécutive. Les années soixante ne nous seront pas très favorables. Quatre places de ¼ finalistes en Coupe de France et des éliminations sans gloire en Coupe des Villes de Foires (ancêtre de la Coupe de l’UEFA).

    70's : la décennie des regrets

    Relégués en division 2 en 1964 et 1969 nous remontons immédiatement çà chaque fois. La décennie soixante-dix sera celles des occasions perdues malgré l'arrivée de très nombreux internationaux français et étrangers (3 fois deuxièmes en championnat, finaliste seulement de la Coupe, une seule bonne saison européenne en 1974). Les « milliardaires de la Côte » comme l’on nous appelait ont vécu. Le club vivote et malgré des jeunes prometteurs va descendre à nouveau en 1982.
    Un succès mémorable : 6-0
    face à Strasbourg lors des barrages retour 1990
    Après trois ans de purgatoire, nous voici de retour parmi l'élite pour 6 saisons. Notre meilleur classement des 25 dernières années (6è en 1989) ne sera pas suffisant pour retrouver l'Europe. De plus ces années se terminent par une rétrogradation pour raisons financières (1991). Après le dépôt de bilan, le club devient Olympique Gymnaste Club de Nice-Côte d'Azur.


    La Coupe est de nouveau niçoise en 1997
    Trois saisons pour remonter (1994), trois saisons pour redescendre (1997) mais la pilule passe un peu mieux car nous remportons notre 3è Coupe de France contre Guingamp (1-1 et 4-3 aux tirs au but) devant 8.000 niçois au Parc des Princes à Paris.En Coupe des Coupes nous passons le premier tour sans trop de difficulté (3-1 et 1-1 contre les écossais de Kilmarnock). Nous serons éliminés au tour suivant par les tchèques du Slavia Prague sans avoir été battus (2-2 et 1-1).

    Après une médiocre saison 97/98 (14è), l’arrivée des Italiens à la tête du club va faire naître beaucoup d’espoirs. Malheureusement le rêve tourne au cauchemar. Trois saisons de suite à se battre pour ne pas descendre en National : 14è, 11è et 15è en se sauvant à l’avant-dernière journée. Valse des entraîneurs, recrutements ratés, guéguerre entre les différentes composantes du club, repreneurs éconduits.

    Le Gym enfin de retour parmi l'élite après 5 ans de galère !
    Aux 2/3 de la saison 2001/2002 les italiens vendent. Nous finissons troisième et obtenons le ticket pour la montée. Mais l’histoire dérape, la DNCG nous rétrograde en National pour raisons financières. Nous faisons appel avec un dossier étoffé et présenté par de nouveaux dirigeants. Peine perdue, sanction confirmée. Nous en appelons alors au Comité Olympique qui admet notre réclamation et enfin le Conseil Fédéral demande un nouvel examen de notre situation et le 19 juillet nous sommes enfin là où le sport nous avait conduit : en Ligue 1 !

    Avec une préparation de moins de quinze jours et un recrutement express, l'OGCN est la surprise du Championnat et pointera 12 fois en tête de la L1, seulement devancé d'un point par Marseille pour le titre de Champion d'Automne ! Fatigués, les aiglons baissent un peu de rythme en 2003 mais se qualifient néanmoins pour la Coupe Intertoto.

    La saison 2003-2004 est la saison de la confirmation en L1. Après avoir passé le 2ème tour de l’ Intertoto face à Örgryte (Suède), l’OGC Nice est éliminé par le futur Champion d’Allemagne, le Werder de Brême, d’extrème justesse (match 0-0 0-1). Place au Championnat et belle victoire à Auxerre pour commencer ! Les Aiglons ne tarderont pas à assurer le maintien, objectif avoué du Club, dès le mois de février. Nice finira logiquement derrière les grosses équipes, à la 11ème place, mais réussira néanmoins à accrocher l’Intertoto. La saison suivante est plus difficile. Le Gym ne se sauvera qu'à la 37è journée. A 4 matches de la fin, Gernot Rohr était remplacé par Gérard Buscher. Au final l'OGCN termine à une 12è place qui ne reflète pas les difficultés rencontrées durant la phase retour.

    Pour conduire l'OGCN vers l'entrée dans son nouveau stade, les dirigeants niçois choisissent de faire confiance à Frédéric Antonetti pour conduire l'équipe.

      La date/heure actuelle est Dim 9 Déc - 23:26